Chili végétarien… ou les belles soirées d’été

Ces derniers temps, l’été semble enfin s’être installé. Le soleil, la chaleur… tout ça fait que j’ai envie de dîner tard et épicé. Il y a quelques jours, je recevais une amie pour une soirée estivale. L’excuse étant trop belle, j’en ai profité pour mettre au point une version personnelle du Chili. Une version végétarienne bien sûre!

Ce qu’il faut:  ( pour 4 personnes )

2 verres de haricots rouges trempés au moins 12 heures puis égouttés
2 gros oignons
1 petit piment rouge
1 grosse boite de tomates cuites dans leur jus
1 courgette
1 branche de céleri
50 centilitres d’eau
1 bonne pincée de gros sel
1 pincée de poivre (à ajouter juste au moment de servir)
2 cuillères à café d’origan séché
2 cuillères à soupe d’huile d’olive

1 faitout avec couvercle

Comment on fait:

On émince finement les oignons. On hache grossièrement l’ail et le piment. On découpe la branche de céleri en morceaux d’environ 1 centimètre. On fait subir le même sort, en version cube, à la courgette.
On verse un peu d’huile au fond du faitout puis on met à chauffer à feu moyen. On y jette tout ce qu’on a découpé précédemment. Les légumes vont s’attendrir et dorer un peu pendant à peu près 5 minutes.
On ajoute les tomates, une pincée de gros sel, l’origan puis les haricots rouges. On verse de l’eau histoire que tout ce petit monde prenne un bon bain. On couvre avant de baisser le feu le plus possible. On laisse mijoter tranquillement entre 1h45 et 2 heures.

En général, j’accompagne cette recette d’un riz long complet tout simple. Cela dit,  j’essaierai bien de préparer du maïs éclaté. Juste histoire de voir comment réagirait l’amoureux si je lui servais du pop-corn à dîner.

Pâte à tartiner à la pistache

Il y a quelques années, on m’avait offert de la pâte à tartiner à la pistache en provenance directe de Sicile. J’avais adoré, économisé le pot pour le faire durer le plus longtemps possible… bref j’étais tombée sous le charme. Le soucis, car bien sûre il y en eu un, c’est qu’il est très difficile voire impossible d’en trouver en France. Je m’étais donc résolue à ne plus en manger avant une date proche de la fin des temps.
Et puis voilà, qu’au début de l’été je suis tombée sur un pot dans épicerie fine. Évidement, j’ai sauté sur l’occasion. Mais là, petite déception. On était très loin de ce que j’avais pu goûter. Trop sucrée, la pistache peu présente, texture gélatineuse et figée… Cette pâte à tartiner n’était pas à la hauteur. Et bien sûre, mon obsession était revenue.
Du coup, j’ai mis au travail mes petites cellules grises avec un objectif bien clair en tête: en faire une qui ait vraiment goût de pistache, qui soit végétarienne et sans sucre. Une petite insomnie plus tard (oui quand je ne dors pas je pense à ma cuisine), voilà le résultat:

Ce qu’il faut: (pour un pot type pot de confiture)

20 centilitres de lait de soja
10 centilitres de crème de soja
1 cuillère à soupe de miel liquide
1 cuillère à soupe de fécule de maïs (type Maïzena)
1 cuillère à café d’arôme naturel de vanille
2 cuillère à café de pâte de pistache ( qu’on trouve assez facilement en magasin bio mais qui est trop concentrée pour être utilisée seule)

1 fouet
1 bol
1 petite casserole à fond épais

Comment on fait:

Dans un bol, on assemble le lait, la crème, la vanille, le miel et la fécule de maïs. On fouette pour dissoudre la fécule. On verse le tout dans la casserole et on met tout ça à feu doux.
Quand le mélange commence à chauffer un peu, on ajoute la pâte de pistache. On continue à fouetter doucement jusqu’à épaississement. Cette étape prend à peu près 3 minutes.
Une fois la consistance souhaitée obtenue, on verse le tout dans un pot à confiture bien propre et direction le frigo. Dès qu’elle est froide, la pâte à tartiner est prête à déguster.

Mon petit bilan à la dégustation:
Exactement ce que je cherchais. La texture est très agréable en bouche. Le goût de la pistache vraiment présent. Le miel permet une note sucrée sans tout écraser. Et, cerise sur le gâteau, cette pâte à tartiner est complètement végétarienne.
Le miel permet une bonne conservation au frigidaire. Cela dit, je ne lui donne pas 5 jours avant d’avoir été complètement dévorée.