La blogueuse de la semaine… Mlle Pigut

Cette semaine je mets à l’honneur Mlle Pigut et son site Petites idées pour grandes utopies. Cette végétalienne idéaliste est une magnifique source d’inspiration. J’aime sa façon d’écrire, ses recettes et surtout sa démarche. Cette idée qu’on peut construire un monde meilleur en mettant son cœur dans de petites et belles actions chaque jour, est une chose qui fait fortement écho en moi.

Parce que je retrouve en elle ce vers quoi je tends, parce que ses recettes me font toujours envie, parce que sa page Vie pratique est une mine d’informations… Je vous présente Mlle Pigut.

DIY L’agenda Instagram

Le souci quand on a toujours la tête dans les nuages, c’est qu’on oublie souvent le monde qui nous entoure. Pour me maintenir sur terre, j’ai deux solutions: mon amoureux et mon agenda. Puisque je ne partage pas le premier, je vous donne mon astuce pour faire du second un objet si joli que je ne n’oublie jamais. A chaque rentrée, j’achète un agenda de base que je  customize. Cette année, le thème sera Instagram. J’aime beaucoup l’idée d’avoir sur  moi les gens, les lieux que j’aime et tout ces petits instantanés heureux.

Ce qu’il faut:

2 feuilles de papier photo en format 10×15 ( du papier ordinaire d’imprimante fonctionne aussi)
1 feuille de papier A4
des ciseaux
un pinceau
du vernis-colle
un agenda
du papier adhésif pour recouvrir les livres scolaires

Comment on fait:

1- On prend ses photos favorites depuis son téléphone. On les transfère sur son ordinateur puis on les assemble avec son logiciel photo. Pour ma part j’utilise The Gimp et j’en suis très contente.
On choisit un fond sur un site spécialisé. The colourlovers est le meilleur selon moi. On imprime tout ça.

2/3- On prépare les découpes comme lorsqu’on recouvre un manuel scolaire.

4/5- On applique le vernis-colle sur toute la couverture de l’agenda puis on le recouvre avec la feuille A4 sur laquelle on a imprimé le fond. On chasse l’air avec le pinceau. On rabat les coins à l’intérieur.

6/7- On fixe les planches Instagram en prenant soin de mettre de la colle uniquement sur la couverture de l’agenda. Les couleurs du papier photo n’aiment pas la colle.

8- On fait preuve de patience et on laisse sécher une bonne trentaine de minutes.

9- Pour protéger son bel agenda on le recouvre de papier adhésif transparent.

Nous voilà donc prête pour cette rentrée !

Le secret de ma tignasse… No Poo routine

Après des années de mécontentement capillaire, je suis enfin en paix avec mes cheveux. Il faut dire que les pauvres en auront vu de toutes les couleurs. Souvent au sens littéral du terme  d’ailleurs. Entre les teintures, les permanentes, les fers à friser, à lisser, les brosses de plus ou moins bonne qualité… je leur ai tout fait subir et tout reproché.
Puis voilà qu’il y a quelques mois, j’ai entendu parler de « Slow Beauty », de « No-Poo »… bref d’une autre approche de l’univers féminin dans lequel je baignais. Plutôt que de considérer ma chevelure comme une pâte à modeler selon la mode du moment, je suis mise à les voir comme une parure naturelle à laquelle il fallait peut-être laisser plus de liberté.
Exit donc les shampoings traditionnels, les après-shampoings, les fers, les brosses et les produits chimiques. Je suis donc passée, pour mon plus grand bénéfice, à une routine plus simple et plus naturelle.

Ce qu’il faut:

Un shampoing solide bio (aussi appelé « barre de shampoing »)
4 cuillères à soupe de vinaigre de cidre bio.
35 centilitres d’eau chaude (pas brûlante sinon on se brûle la tête)
6/8 gouttes d’huiles essentielles de lavandin,  tea-tree ou palmarosa
Un pot ou une bouteille.

Comment on fait:

Pour commencer, on ne se lave les cheveux qu’une fois par semaine.
Avant d’aller à la douche, on prépare son vinaigre de rinçage. Il suffit d’additionner l’eau chaude, le vinaigre et l’huile essentielle. On mélange le tout et on l’emporte avec nous dans la salle de bain.
On se mouille les cheveux normalement et on se lave la tête en utilisant le shampoing solide. Étant donné qu’il se présente comme un savon il faut le faire mousser un peu et bien masser le cuir chevelu avant d’étirer vers les pointes.
On rince. Et puis on recommence. Cette étape n’est pas obligatoire mais elle représente une sécurité histoire de bien éliminer toutes traces de pollution.
Une fois les cheveux rincés, on verse dessus le vinaigre de rinçage. On laisse poser 2 minutes. On rince une dernière fois. Pour finir, j’utilise désormais un peigne africain en bambou pour me démêler les cheveux au lieu d’une brosse qui a tendance à les casser.

Pour ma part, cette routine à énormément fait évoluer ma chevelure. Les racines grasses et pointes sèches… oubliées! Les cheveux raides et informent qui s’emmêlent tout le temps… oubliés! Désormais c’est douceur, volume et boucles qui se forment toutes seules. Ah, j’oubliais le meilleur! Ma tignasse reste propre du jour 1 au jour 6 sans le moindre soucis. Que demander de plus?

La blogueuse de la semaine… Rose

Entrer dans la blogosphère c’est un peu comme partir en voyage. On se sent très vite dans la peau d’une exploratrice. Certes on ne découvre pas des tribus inconnues du monde occidental ou des temples mayas. Cela dit, on se retrouve plongé dans des petits univers personnels comme autant de nouveaux pays imaginaires. Et très souvent, on tombe sur des trésors.  Bien que n’ayant pas le chapeau d’Indiana Jones (mais sa phobie des reptiles), j’ai très envie de partager mes découvertes.

Cette semaine, il s’agit de Rose du blog Les petits plats de Rose.  Elle est une des toutes premières blogueuses que j’ai découvertes et, heureux hasard, normande d’origine également.

Ses recettes saines et savoureuses, ses photos… Tout dans son blog est un régal pour les yeux ainsi qu’une mine d’inspiration. Bref , j’en suis folle.

Pour la retrouver:

http://lespetitsplatsderose.blogspot.fr/

et sur Facebook

Chili végétarien… ou les belles soirées d’été

Ces derniers temps, l’été semble enfin s’être installé. Le soleil, la chaleur… tout ça fait que j’ai envie de dîner tard et épicé. Il y a quelques jours, je recevais une amie pour une soirée estivale. L’excuse étant trop belle, j’en ai profité pour mettre au point une version personnelle du Chili. Une version végétarienne bien sûre!

Ce qu’il faut:  ( pour 4 personnes )

2 verres de haricots rouges trempés au moins 12 heures puis égouttés
2 gros oignons
1 petit piment rouge
1 grosse boite de tomates cuites dans leur jus
1 courgette
1 branche de céleri
50 centilitres d’eau
1 bonne pincée de gros sel
1 pincée de poivre (à ajouter juste au moment de servir)
2 cuillères à café d’origan séché
2 cuillères à soupe d’huile d’olive

1 faitout avec couvercle

Comment on fait:

On émince finement les oignons. On hache grossièrement l’ail et le piment. On découpe la branche de céleri en morceaux d’environ 1 centimètre. On fait subir le même sort, en version cube, à la courgette.
On verse un peu d’huile au fond du faitout puis on met à chauffer à feu moyen. On y jette tout ce qu’on a découpé précédemment. Les légumes vont s’attendrir et dorer un peu pendant à peu près 5 minutes.
On ajoute les tomates, une pincée de gros sel, l’origan puis les haricots rouges. On verse de l’eau histoire que tout ce petit monde prenne un bon bain. On couvre avant de baisser le feu le plus possible. On laisse mijoter tranquillement entre 1h45 et 2 heures.

En général, j’accompagne cette recette d’un riz long complet tout simple. Cela dit,  j’essaierai bien de préparer du maïs éclaté. Juste histoire de voir comment réagirait l’amoureux si je lui servais du pop-corn à dîner.

DIY: Eyeshadow primer potion

 La base pour paupières de chez Urban Decay… La première fois que je l’ai testée ça a été une révolution dans mon petit monde de fille. Le maquillage qui tient toute la journée et les retours à la maison sans avoir des yeux de panda quel bonheur!
Cela dit, n’étant jamais pleinement satisfaite, il y a quand même quelque chose qui m’ennuie… Sa composition. Honnêtement, me tartiner le visage de produits chimiques ça ne me dit rien du tout. Je me suis donc mise à la recherche d’une recette pour la faire moi-même. Entre les blogs et Youtube, j’en ai trouvé quelques unes et j’ai fini par me dire qu’il y a presque autant de façon de faire que de blogueuses beauté.
Après un passage dans ma cuisine, transformée pour l’occasion en laboratoire, les tests de différentes recettes puis l’amélioration de la mienne, me voilà donc prête à partager ma version.

Ce qu’il faut:

1 cuillère à café de fécule de maïs (type Maïzena, oui je ne plaisante pas)
1/2 cuillère à café de baume à lèvres bio
1 et 1/2 cuillère à café de fond de teint bio

Un petit pot stérilisé (on en trouve des parfaits chez Sephora, sinon un petit pot de confiture individuel fera très bien l’affaire)
Un batonnet de buis comme ceux qu’on utilise pour les manucures

Comment on fait:

On stérilise le contenant en le plaçant 5 minutes dans de l’eau bouillante puis on le laisse refroidir.
On place le baume à lèvres (bien fermé) dans un verre d’eau bouillante pendant environ 7 minutes. Plus il est mou, plus il serait facile de le mélanger au reste.
On mélange directement dans le pot les trois ingrédients à l’aide du batonnet de buis.

Et voilà!
Je dois dire qu’à l’usage, elle tient ses promesses. Cette base tient toute la journée, même s’il fait 28°c et qu’on va se promener. Pour des températures plus élevées, je ne sais pas. Il ne fait pas si beau que ça dans ma région.
La présence du baume à lèvre rend les couleurs des fards à paupières vraiment vibrantes. Je conviens que celle d’Urban Decay reste la meilleure, mais franchement ma petite version n’a pas à rougir devant la comparaison.